Comment choisir sa couette ?

couette.png

Naturelle, synthétique, chaleur, traitements...

Avec l’arrivée des grands froids et des matinées cocooning qui vont avec, il est temps de profiter des soldes pour acheter la couette de vos rêves. Et puisque le mois du blanc entraîne une chute des prix, mais pas de la qualité, on en profite pour se faire plaisir sans craquer le porte-monnaie. Pour un achat de couette réussi, voici les trois questions à se poser. 

POUR QUELLE CHALEUR ?

  • ${picture.name}

La chaleur d’une couette (de même que son gonflant) se détermine grâce au grammage. Ce dernier n’est toutefois pas le même pour les couettes naturelles et synthétiques.

Pour les couettes naturelles, s’il s’agit d’une couette d’été, son grammage sera de 180 g/m² environ (pour un modèle à 90% de duvet). Une couette d’hiver sera toutefois de 270 g/m².

Quant aux couettes synthétiques, il faudra compter 200 à 250 g/m² pour une couette d’été, contre 300 à 450 g/m² pour une hiver. Pour les pièces de moins de 15 degrés, il est toutefois recommandé d’opter pour une couette très chaude à 500 g/m².

Quant à ceux qui préfèrent le deux-en-un, il reste aussi les couettes quatre saisons qui permettent de cumuler deux grammages (par exemple 200 g/m² et 350 g/m²) pour une température optimale toute l’année.

AVEC OU SANS TRAITEMENTS ?

  • ${picture.name}

Il existe deux types de traitements pour les couettes : anti-acariens et anti-tâches. Le premier permet aux personnes sensibles de ne pas présenter de réactions allergiques, tandis que le second offre une enveloppe traitée permettant une protection contre les liquides qui perlent à la surface plutôt que pénétrer dans la fibre.

Enfin,pour entretenir correctement sa literie, il convient d’aérer régulièrement la chambre, de ne pas trop chauffer la pièce et de retourner une à deux fois par an le matelas.

UNE COUETTE NATURELLE OU SYNTHÉTIQUE ?

  • Comment choisir ?

    La couette naturelle est garnie la plupart de temps d’un mélange de plumes et de duvet quoiqu’il arrive que ce soit de la soie ou de la laine. Il s’agit clairement de l’option la plus haut-de-gamme. Légère, chaude et gonflante, elle est plus moelleuse que sa consœur synthétique. Le comble du luxe revient à un garnissage à 90% de duvet, pour un maximum de confort. La couette naturelle a par ailleurs l’avantage de durer plus longtemps que la synthétique (5 à 10 ans de plus), d’être plus respirante (et donc de permettre une meilleure thermorégulation), et est généralement hypoallergénique.

    La couette synthétique est pour sa part composée de fibres en polyester, qui sont légères et très isolantes. Les fibres creuses siliconées sont les plus communes. Elles offrent un toucher proche du toucher naturel. Celles en microfibre sont généralement doulliètes et reproduisent le même gonflant que les couettes naturelles. Pour les plus écolos enfin, il existe aussi un garnissage en polyester recyclé. Les couettes synthétiques sont par ailleurs plus abordables, faciles d’entretien et hypoallergéniques.

  • couette-drouault-nepal.jpg.png

    Couette naturelle 80% duvet « Nepal » (280 g/m2), Douault

    couette-drouault-oural.jpg.png

    Couette synthétique en polyester « Oural » (500g/m2), Drouault

Plus qu'à choisir

PARTAGEZ CE CONSEIL

QU'EN AVEZ-VOUS PENSÉ ?