Le marais de Kenza

publié le lundi 24 février 2014 à 09:00

Marais

Ses longues boucles et son regard rieur attirent près de 20 000 visiteurs par jour sur son blog. A 27 ans, Kenza fait aujourd’hui partie de celles dont la plume énergique et les diverses aventures pèsent dans le monde 2.0. La faute à sa « Revue », ouverte en 2008 pour mieux partager sa passion pour la mode, son amour des voyages et sa vie de jeune parisienne. Parce qu’avant d’écumer les quatre coins du monde, c’est dans le Marais que la jeune femme s’est forgée caractère et joie de vivre. L’occasion pour le BHV Marais d’en faire son égérie, et pour nous, de la questionner sur son quartier.

Quel est pour toi « l’état d’esprit » qui représente le mieux le Marais ?

Le Marais pour moi représente un petit village dans Paris, où les habitants et les commerçants se connaissent et se côtoient depuis des années. Il y règne aussi une vraie énergie créative et artistique de par les créateurs et galeries d’art qui s’y installent.

Instagram @kenzasmg.................

Qu’est-ce qui distingue le Marais des autres quartiers parisiens selon toi ?

Le Marais regroupe beaucoup de caractéristiques des autres quartiers de Paris, on y retrouve beaucoup de communautés : juive, chinoise, homosexuelle, horlogers…

Comment définirais-tu la population qui habite le quartier ?

Il y a de tout. J’y vis depuis toute petite, donc j’y vois forcément beaucoup de familles, beaucoup d’amoureux du « vieux Paris » aussi. La population est assez jeune, les couples affluent du côté du haut Marais qui bouge pas mal. Je pense que les habitants du Marais sont surtout des gens en quête de « vie de quartier ».

Instagram @kenzasmg..............

A quoi ressemble l’une de tes journées types dans le Marais ?

Je fais tout à vélo dans le Marais. Je démarre ma journée en allant courir place des Vosges et j’enchaîne mes rendez-vous. J’ai de la chance car dans le milieu de la mode, beaucoup de showrooms, bureaux de presse se sont installés ici ou dans les alentours, ce qui m’évite les transports en commun.

Pour déjeuner, je me rends souvent du côté de la rue de Bretagne, j’y ai l’embarras du choix.

Les week-end, je me balade souvent entre la rue de Bretagne (pour mon marché), la rue Debeylleyme, la rue Vieille du Temple et la rue des Francs Bourgeois qui accueillent pas mal de magasins. Il ne faut pas avoir peur du monde en revanche.

Lorsqu’il fait beau, je fais mes photos pour le blog du côté des Archives Nationales ou je pique-nique au Square St Gilles, très confidentiel.

Parfois j’aime juste aller boire un verre dans la cour du Centre de Danse du Marais, là où j’ai commencé à prendre mes premiers cours. On y entend toutes sortes de musique et on peut apercevoir les danseurs à travers les fenêtres, j’adore cette atmosphère.

Quels sont tes bars de prédilection dans le quartier ?

Le Café Charlot avec les copines pour une bouteille de vin à partager, avant d’aller dîner. L’Egoïste, après dîner, pour se mettre en condition sur une playlist toujours sympa. Et Carrette, place des Vosges le week-end pour déguster un chocolat chaud dans de la jolie vaisselle.

Tes restaurants ?

La Mangerie, pour ses tapas et sa bonne ambiance pour dîner. Le 404, pour sa délicieuse nourriture marocaine, surtout l’été en extérieur. Broken Arm pour son concept store et sa nourriture équilibrée (le midi). Anahi, pour sa confidentialité, et ses viandes argentines.

Tes galeries d’art ?

Emmanuel Perrotin pour l’hôtel particulier qui l’accueille et sa sélection impeccable. Thaddeus Roppac, Yvon Lambert, la Maison européenne de la Photographie pour les passionnés de photographie comme moi. Il y en a un tas d’autres mais ces quatre là sont les MUST.

Instagram @kenzasmg...............

LE BHV MARAIS est-il un magasin que tu fréquentes régulièrement ?

Oui d’autant plus que j’ai habité en face, rue des Archives, pendant deux ans.

Tu y vas pour acheter quoi ?

Je vais y chercher de quoi décorer mon appartement beaucoup, de la papeterie pour mon bureau. Je m’y rends aussi pour la beauté et pour trouver des cadeaux aux rayons librairie.

Instagram @kenzasmg................

En quoi le BHV Marais  se marie-t-il bien avec le quartier ?

Il a toujours fait partie du paysage du Marais. Petite mon père m’y traînait pour le bricolage, ma mère pour le reste. Ensuite, les amies du collège et du lycée ont commencé à y travailler, en tant que vendeuses. Et aujourd’hui, tout habitant du Marais s’y rend. Il est central, et on y trouve tout, ce qui n’est pas toujours évident.

Si le quartier disparaissait, qu’est-ce qui te manquerait le plus ?

La place des Vosges sans hésiter. Même si elle fait partie de mon quotidien, elle est classée monument historique. Elle est aussi la plus vieille Place de Paris. Et, j’ai un souvenir lié à cet endroit à chaque étape de ma vie.

AJOUTER UN NOUVEAU COMMENTAIRE