Le Paris-Brest : pâtisserie star de 2014 ?

publié le jeudi 05 juin 2014 à 11:03
Le Paris-Brest de Philippe Conticini (Source : http://blog.lapatisseriedesreves.fr/)

Le Paris-Brest de Philippe Conticini (Source : blog.lapatisseriedesreves.fr)

La pente est rude, le souffle est court, les supporters las. Presque. Toujours dans la course, bientôt sur le podium, la pâtisserie star de cette nouvelle année, c’est lui.

Vous et les éclairs, c’est fini. Trop de glaçage, trop de crème, trop de déclinaisons, trop de trop. Faute partagée avec le beau gosse qui traîne dans les parages. Un aventurier paraît-il, mélange de charme parisien et de folie bretonne. Qui porte la couronne comme personne. Le Paris-Brest, ou l’amour pâtissier version 2014.

Certes, nous avons omis quelques détails. Qu’il aime la bicyclette par exemple. Qu’il n’a pas volé sa forme au couvre-chef du roi mais à la roue de son vélo aussi. Il ne tient pas non plus son nom de sa double origine mais de la course cycliste en l’honneur de laquelle il a été créé. Et au Paris-Brest de perdre son glamour. Presque. Parce que sa crème mousseline pralinée vaut toutes les lunettes-à-verres du monde. Que sa pâte à choux nous ferait presque oublier la combinaison moulante de rigueur au vélodrome. Et que ses amandes effilées finissent d’effacer ses origines sportives de nos esprits.

Mis à l’écart par les gourmands, le Paris-Brest préparait secrètement son retour. Passée la désuétude, il devient d’ailleurs de moins en moins étonnant d’apprécier un Paris-Marrakech ou un Paris-Tokyo sans passer par la case avion. La classique mousseline pralinée n’a plus le monopole de la roue, dont la saveur d’antan s’abreuve peu à peu de l’audace d’aujourd’hui. Second souffle, nouvelle vie, toujours dans la course, bientôt sur le podium.

AJOUTER UN NOUVEAU COMMENTAIRE