UN AUTEUR…UNE DEDICACE : TITOUAN LAMAZOU

publié le vendredi 23 octobre 2015 à 11:08

TITOUAN LAMAZOUDate: Dimanche 13 décembre 2015

Heure: 16h

Lieu: 2ème étage ESPACE LIBRAIRIE

Titre: Retour à Tombouctou

Editeur: Gallimard

C’est l’histoire d’un avant il y a quinze ans et d’un après, aujoud’hui à Tombouctou.

« Reprendre le fil de l’histoire de ces peuples touaregs, arabes, songhay, arma et peuls que j’ai bien connus et tant aimés au siècle passé. Retourner au Mali, partir en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso où ils sont réfugiés par centaines de milliers. Pour comprendre moi-même et ainsi mieux dépeindre une situation dramatique qui se répète comme si les balbutiements de la destinée étaient la marque du genre humain. » Titouan Lamazou

L’avant, c’était il y a quinze ans. Titouan Lamazou a vécu plusieurs fois plusieurs mois à Tombouctou, charmé par la douceur de vivre à l’ombre des premières dunes du Sahara et par l’hospitalité de ses hôtes nomades. En particulier celle de la famille d’Aïcha, qui fut la muse de ses travaux, au tournant du siècle.

L’après, c’est aujourd’hui. Dans cette région du monde, les tensions se sont à nouveau muées en conflits armés. Début 2013, Titouan est parti en quête de ses amis nomades d’alors. La plupart d’entre eux avaient fui Tombouctou. Ils sont devenus réfugiés. Titouan a côtoyé à nouveau leurs peuples, confrontés à la guerre. Une guerre nouvelle où se mêlent les enjeux contemporains, l’effritement de la cohésion sociale, la redistribution des influences internationales, l’émergence du salafisme, des trafics d’armes, de stupéfiants et d’otages, les intérêts miniers, la désinformation moderne…

Titouan Lamazou s’est soucié en 2012 de ce qu’il était advenu de la famille d’Aïcha, dont Il n’avait aucune nouvelle depuis la prise decontrôle des cités du Nord du mali par des groupes extrémistes. Il apprit qu’il n’y avait quasiment plus une « peau claire » à Tombouctou et que la plupart de leurs concitoyens arabes et songhay avaient suivi le même chemin de l’exil.

Titouan a retrouvé Aïcha dans un camp de réfugiés au Burkina Faso. Il a décidé de poursuivre son voyage à la recherche de ses anciennes connaissances et de leurs voisins de tentes dans les camps du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR), qui s’égrainent aux frontières du Mali avec le Burkina Faso, le Niger et la Mauritanie. Ce périple a duré trois ans.

Titouan offre dans cet ouvrage son regard d’artiste intuitif et brosse un portrait sensible d’une situation géopolitique confuse dont les protagonistes ont ici un nom, un prénom, Aïcha, Mohamed, Mariam, Alfaky, Assiétou…

Titouan Lamazou s’est rapproché de chercheurs spécialistes de ces régions sahéliennes pour mieux comprendre lui-même une situation géopolitique confuse et ainsi pour mieux transmettre. Par des cartes, Titouan a illustré les propos de ces chercheurs qui viennent éclairer de

leur savoir les pages de cet ouvrage :

Charles Grémont, historien, chercheur à l’IRD (Instititut de recherche pour le développement), LPED (Laboratoire population environnement développement), Marseille.

Pierre Boilley, historien, professeur d’Histoire de l’Afrique contemporaine. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Directeur de l’Institut des mondes africain (IMAF), Paris.

Dr Dida Badi ag Khammadine, anthropologue, chercheur au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques), Alger.

Intagrist El Ansari, journaliste, Nouakchott.

Abdoulaye Mohamadou, socio-anthropologue, chercheur au LASDEL (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local), Niamey.

Jaqueline Dupuis, géographe. Association Tamoudré, Clermont-Ferrand.

Arnaud Contreras, auteur, spécialiste des musiques du Sahara, Paris.

Mohamed Aghali-Zakara, linguiste, docteur d’État en sciences du langage, enseignant-chercheur à l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales), Niamey-Paris.

Dominique Casajus, anthropologue, directeur de recherches au CNRS. Membre de l’Institut des mondes africains (IMAF), Paris.

« Mieux on se connaît et moins on se défie » Titouan Lamazou Lors de ses voyages dans le Sahel, Titouan Lamazou a développé un programme éducatif original en partenariat avec notamment le CNES, la Fédération Léo Lagrange, la Fondation France Libertés et l’UNICEF Niger.

Enjeux d’eau a pour ambition de susciter rencontres et échanges entre enfants du Nord et Sud à travers l’art et autour de la thématique de l’eau. L’objectif de ce projet est de sensibiliser les enfants à l’altérité, de développer en eux l’empathie, la compréhension du monde et la connaissance de l’autre. www.enjeuxdeau.org

Retrouvez le planning des dédicaces du BHV MARAIS en cliquant ici

AJOUTER UN NOUVEAU COMMENTAIRE

PLUS D'INFOS SUR...

LE BHV MARAIS

Situé au cœur de l’historique quartier du Marais, LE BHV MARAIS reste le magasin emblématique. Lire la suite

VOUS AIMEREZ AUSSI

PLANNING DES DÉDICACES DE LA LIBRAIRIE DU BHV MARAIS

Découvrez le planning des dédicaces et conférences au 2ème étage du BHV MARAIS Lire la suite