Bertrand Grébaut en dédicace au BHV Marais

publié le vendredi 13 décembre 2013 à 18:40
© C.Fayette

© C.Fayette

Égérie du BHV MARAIS à l’occasion du Noël des chefs, Bertrand Grébaut voit aujourd’hui ses différentes facettes se dévoiler au sein d’un livre, qu’il dédicacera mercredi 18 décembre à 17h à l’espace culinaire du BHV MARAIS (3ème étage du magasin de la rue de Rivoli). 

L’Agapé, le Septime et depuis peu le Clamato, il ne fallait pas moins de restaurants à Bertrand Grébaut pour semer son talent dans la capitale. Formé au graphisme avant d’enfiler son tablier sous l’égide de Joël Robuchon et Alain Passard, ce trentenaire a séduit la planète gastronome grâce à sa patte intuitive et rigoureuse. Dans sa galaxie, une étoile attrapée en plein vol en 2009 pour l’Agapé où il a débuté en tant que chef, et un premier restaurant, le Septime, qui a fini de convaincre les épicuriens.

Parce qu’un bon repas mérite d’être partagé, le parcours et le quotidien du jeune chef font aujourd’hui l’objet d’un livre aux multiples saveurs. Dans un jeu de questions/réponses mené par Catherine Flohic, Bertrand Grébaut se livre. Plus que de sa cuisine, c’est de sa façon de la concevoir dont parle le parisien. Il l’aime simple et sans fioriture. « Epure et simplicité ne veulent pas dire banalité et platitude. » S’il a l’habitude d’associer trois saveurs dans chacun de ses plats, la paire fait aussi l’affaire. En témoigne l’équipe qu’il forme avec Théo, ami d’enfance avec lequel il a créé le restaurant qui l’a propulsé.

bertrand

Ouvert il y a deux ans dans le XIème arrondissement de Paris, le Septime a permis au chef de s’exprimer sans les contraintes rencontrées lors de ses débuts à l’Agapé. Si l’expérience lui a valu bonne réputation, c’est à la tête de son propre restaurant qu’il excelle. En toute liberté. De la déco brute, au menu variant quotidiennement, en passant par son équipe, Bertrand Grébaut mène la danse, celle des saisons comme des critiques. Souvent élogieuses.

La faute à la passion et au souci du détail. Il a commencé graffeur, graphiste, artiste. S’il continue d’honorer la troisième étiquette, le chef a troqué les bombes aérosol contre les ingrédients, les murs contre les assiettes. Parce que la vue attise le goût, et le goût le succès. Bertrand Grébaut en a. Le livre qu’il dédicacera mercredi 18 décembre à l’espace culinaire du BHV MARAIS permettra à ses lecteurs de comprendre pourquoi.

 

 

AJOUTER UN NOUVEAU COMMENTAIRE